Six of Crows, tome 2

On retrouve avec plaisir l'ambiance poisseuse de Ketterdam, que l'autrice nous laisse davantage le loisir de découvrir et d'explorer durant ces quelques six cents pages d'une lecture effrénée, au cours desquelles les personnages perdent et retrouvent successivement l'équilibre sur le fil du rasoir.


Après la lecture du premier tome, je ne suis pas parvenue à refréner mon envie dévorante de lire la suite dans les minutes qui suivaient. Vaincue par mon addiction, e me suis donc dirigée vers la Fnac la plus proche pour obtenir mon dû. À l'origine, je souhaitais acquérir le second tome en VO pour m'épargner les crises cardiaques dues à l'épouvantable travail des éditions Milan, mais il n'y avait aucune librairie spécialisée sur mon chemin, et je dois admettre que mon impatience était beaucoup trop grande...

Me voilà donc en possession de ce second tome, en version française. Je l'ai fraîchement terminé, et... je suis fort dépitée de la fin de cette lecture.


Fiche d'identité


Titre : Six of Crows, tome 2, La cité corrompue

Auteur : Leigh Bardugo

Éditeur : Milan

Date de parution : 2017

Nombre de pages : 650

Genre : Fantasy (YA)

Prix : 18,90€

Résumé : Après avoir réussi à s’enfuir du palais de Glace, Kaz et ses compagnons se sentent invulnérables. Un revirement de situation va cependant changer la donne d’une partie mortelle que devront jouer les jeunes prodiges du crime. Alors que les grandes puissances grishas s’organisent pour leur mettre la main dessus, Kaz imagine un plan, entre vengeance et arnaque, qui leur assurera la gloire éternelle en cas de réussite, et provoquera la ruine de leur monde s’ils échouent.

Du dépit ?


Si j'éprouve du dépit en refermant ce second tome, ce n'est pas parce qu'il m'a déplu. Ni parce que le médiocre travail de Milan m'a horripilée, me contraignant à les mentionner en instastory pour leur faire gentiment remarquer que de telles coquilles et de telles maladresses de traduction, ce n'était pas acceptable.

En réalité, si je suis dépitée... mais c'est parce qu'il n'y a pas de suite, sacrebleu ! Je regrette terribleme d'avoir achevé cette saga si vite. À dire vrai, je ne savais pas qu'il s'agissait d'une duologie et je me disais tranquillement que je pourrais me consoler avec un troisième tome. Mais non, que nenni !

Je me suis retrouvée avec mes chiens et mon livre, à se regarder comme deux ronds de flan. Ce final m'a épuisée, je ne m'en remets pas.

Un page-turner toujours aussi efficace


J'ai dévoré cette duologie ; du moins, dans la mesure du possible, étant donné que je dispose de moins d'une vingtaine de minutes de lecture par jour (oui, je suis une business woman).

Les personnages sont à mon sens le principal pilier de Six of Crows, sans qui l'intrigue et l'ambiance ne seraient que fort sympathiques. Mais ce sont bel et bien Wylan, Jesper, Kaz, Inej, Nina et Matthias qui ont rythmé ma lecture et m'ont coupé le souffle en jouant (un poil trop souvent) avec la mort. J'ai adoré l'évolution de leurs relations et de leurs personnalités, de leurs défauts jusqu'à leurs sursauts d'ingéniosité. Je les ai profondément aimés (même lorsqu'ils étaient insupportables) et je regrette réellement qu'ils n'apparaissent plus dans un nouveau tome.

L'intrigue, bien évidemment, n'a cessé de me surprendre ; toutefois, elle comporte quelques faiblesses et quelques petites incohérences sur lesquelles j'ai fermé les yeux pour ne pas ternir le plaisir de ma lecture. Je me suis plongée dans l'ambiance moite de Ketterdam, lourde de faux-semblants, de mensonges et de secrets bien gardés. Mes seuls reproches sont destinés au travail éditorial, tellement bâclé qu'il m'a parfois tiré de l'univers de Six of Crows. Et à nouveau, je réitère mes regrets qu'il n'y ait pas de suite.

En résumé


J'ai adoré ce second tome, malgré une maison d'édition toujours aussi peu soigneuse et dont le travail de traduction n'était visiblement pas la priorité.

L'intrigue m'a emportée, comme pour le premier tome, et m'a agréablement surprise plusieurs fois. Je me suis surprise à retenir mon souffle pour Wylan et Inej lorsqu'ils étaient en fâcheuse posture, et à espérer que leur plan machiavélique fonctionne malgré tout. Les protagonistes de cette saga auront sans aucun doute été mes coups de cœur de ce début d'année (si l'on excepte les extraordinaires personnages de L'Atelier des Sorciers, dont je vous parlerai bientôt).

L'ambiance a sublimé cette surprenante histoire et ces personnages hauts en couleurs, dans un monde si triste et si terne. J'avoue avoir été tentée de commencer la trilogie Grisha de Leigh Bardugo pour me consoler, mais je dois bien admettre que ce sont avant tout les personnages qui me manqueront, bien davantage que l'univers.

Cette duologie se termine en beauté et met un point final à cette folle intrigue. Les personnages, en revanche, se contenteront d'un point-virgule...

Je lui attribue un beau 4,5/5.

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout